Romain Cunat

Communication marketing | Journalisme

a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blogue / avril 09

30 avril

Veillera bien qui veillera bien le premier

« L’Atelier veille pour vous », telle est le leitmotiv du centre de veille et d'analyse de BNP Paribas qui propose sur son site Web une veille d’information technologique d’ampleur internationale. Créé en 1978 au sein de la Compagnie Bancaire, L'Atelier a dès l'origine pour vocation d'apporter aux différentes composantes de l'entreprise des idées d'innovation. En 1994, apparaît sur la toile le site francophone www.atelier.fr, un des premiers du genre en France, considéré comme un média à vocation pédagogique destiné aux entreprises et au grand public avec une publication quotidienne d'articles, de chroniques, de dossiers et de comptes-rendus de conférences ainsi que de podcast de l’émission de radio « L’Atelier numérique » diffusée sur BFM. Depuis 2006, ce dispositif de veille s'appuie sur une présence dans les grands centres régionaux d'innovation : en Europe au Moyen Orient et en Afrique avec un siège à Paris, au cœur de la Silicon Valley à San Francisco et en Asie avec des bureaux à Shanghai.

Lien Web :
http://www.atelier.fr

23 avril

Exercer sa créativité, c'est payant!

La plateforme de publicité collaborative Cre’ads offrent aux professionnels de la communication mais aussi aux créatifs amateurs la possibilité d’exercer leur talent pour répondre aux demandes de vrais clients. L’objectif : « mettre en relation les Internautes et les entreprises pour créer ensemble la publicité de demain, une publicité 2.0 », mentionnent les créateurs de ce concept innovant. L’inscription sur Cre’ads est gratuite. Les annonceurs déposent leurs appels à création sous forme de concours primé par une somme d’argent. Les Internautes sont alors libres de participer à chacune des étapes de la campagne publicitaire, de la conception du message publicitaire en proposant des idées, à la création en déposant des oeuvres personnelles et la sélection des meilleures créations en votant. Actuellement, les participants peuvent exceller dans quatre catégories : brainstorming (nom de sociétés et slogans), logo, print (publicités imprimées), et Web-design (interfaces et chartes graphiques).

Lien Web :
http://www.creads.org/

17 avril

Devenez producteur de musique en un clic et un peu d'argent!

C'est ce que vous propose MyMajorCompagny.com, encore un modèle économique basé sur la collaboration et la participation des internautes, qui a déjà produit 13 artistes en moins de deux ans!

Si toutefois vous avez l'âme d'un musicien et d'un chanteur, je vous conseille plutôt de vous inscrire en tant qu'artiste sur le site. Cela a très bien réussi au premier artiste labellisé MMC (MyMajorCompagny) courant 2008, le chanteur français Grégoire désormais célèbre dans tout l'hexagone. Sa chanson "Toi+Moi" a fait un carton et son album, du même nom, fait fureur : déjà  double disque de platine avec plus de 400 000 ventes.

Le principe :

Créé en novembre 2007, ce label communautaire permet aux internautes de produire directement ses artistes en faisant des dons en argent (euros). Une fois qu'un artiste a rassemblé 70 000 euros, le processus de production est lancé. En plus de la production de l'album, cela comprend la promotion, la publicité et la commercialisation. Qu'advient-il des "business angels" de la production? Un artiste peut comptabiliser un nombre illimité de producteurs. Ce nombre sera fixé seulement quand l'artiste aura récolté les 70 000 euros. 30 % des profits de l'artiste sont alors reversés et partagés entre les différents producteurs. Mieux vaut n'être pas trop sur le coup!

Le label a pour ambition de devenir le portail principal de découverte, de lancement et de suivi des nouveaux talents musicaux en France puis en Europe.

Les objectifs :

1. Faire découvrir aux internautes une musique de qualité. MyMajorCompany veut réunir le meilleur des artistes non-signés et permettre au public de profiter de leur travail.

2. Accorder une place beaucoup plus importante à la rémunération des artistes.

3. Impliquer les consommateurs dans la sélection et dans la réussite des artistes. Dans MyMajorCompany, les internautes deviennent Producteurs. En décidant de miser sur leurs artistes favoris, ils sélectionnent ceux qui verront leurs albums produits, distribués et médiatisés. Ils participent en plus aux décisions stratégiques de leur développement et gagnent de l'argent sur les ventes des artistes qu'ils soutiennent.

Grégoire, Toi+Moi, Album Toi+Moi, 22 nov. 2008.

16 avril

Se prendre en main pour devenir éco-responsable

ÉNERGUY, un jeu en ligne créé pour l'Agence de l'efficacité énergétique du Québec, propose d’une manière ludique de sensibiliser les internautes au concept de développement durable, précisément à la consommation énergétique responsable. Lancé en novembre 2008 sur le site Web de l’Agence québécoise, ce serious game apprend à faire des économies d’énergie à la maison. Avant de commencer, un slogan promotionnel donne le ton : « Lorsqu’il s’agit d’économiser l’énergie, il attend que quelqu’un le fasse pour lui ». Le but du jeu : prendre littéralement la main du personnage Énerguy et l’amener dans toutes les pièces de la maison à la recherche d’une vingtaine d’objets consommateurs d’énergie. Débute alors une course endiablée de deux minutes pour trouver le plus grand nombre d'objets afin de les rendre moins énergivores. Fin du jeu : mission réussie, votre Énerguy est enfin éco-responsable!

Liens Web :
http://www.aee.gouv.qc.ca/energuy/ (ÉNERGUY le jeu)

L’Agence de l’efficacité énergétique du Québec
http://www.aee.gouv.qc.ca/

Plus de « serious game » sur :
http://www.journaldunet.com/ebusiness/crm-marketing/selection/dix-serious-games-marketing-originaux/10-serious-games-marketing-originaux-get-the-glass-un-jeu-de-l-oie-laitier.shtml

http://www.serious-game.fr/wordpress/index.php

15 avril

Stop Motion !

Si vous êtes fan de courts métrages réalisés avec la technique du "Stop motion" soit du image par image, je vous conseille fortement d'aller visiter la chaîne du cinéaste Québecois Patrick Boivin, désormais célèbre pour avoir fait danser des figurines Transformers et Stars War.

Liens Web :
http://www.youtube.com/user/patrickboivin?blend=3&ob=4
http://www.lactualite.com/culture/article.jsp?content=20090327_144100_6704&utm_source=newsletter&utm_medium=email (Dossier dans le magazine l'Actualité)






9 avril

L'ergonomie cognitive pour le Web !

Barbare comme terme n'est-ce pas? J'ai découvert le concept d'ergonomie cognitive aussi appelé psychologie cognitive, juste hier. J'ai compris de surcroît, que cette discipline est essentielle au développement et à la conception de Site Web ou de logiciels. Je m'explique.

Par définition, l'ergonomie se charge d'adapter un produit ou une situation de travail à un utilisateur. La cognition quant à elle, représente les grandes fonctions de l'esprit et du cerveau. L'ergonomie cognitive se différencie de l'ergonomie physique qui traite de l'ensemble des facteurs corporels et physiologiques humains. Cette discipline étudie donc les interactions de l'utilisateur avec un dispositif ou un produit (essentiellement informationnel comme un logiciel ou un site Web) qui nécessite l'utilisation des grandes fonctions mentales de l'homme (perception, mémoire, traitement). Elle étudie également les problèmes éventuels de charge mentale qui résultent de cette interaction.

Vous comprenez mieux pourquoi cela peut-être utile. Qui n'a jamais maudit un logiciel pour son manque d'efficacité et sa complexité d'usage ? Combien de sites Web avez-vous déjà quittés en moins de 10 secondes à cause d'un manque de lisibilité dans l'information? Il est probablement impossible d'en donner un chiffre. En théorie, les ergonomes du Web affirment que vous devriez trouver l'information que vous cherchez en moins de 8 secondes une fois que vous êtes sur le site ciblé. Par ailleurs, un site avec une navigation efficace ne signifie pas toujours un site esthétiquement beau et agréable pour les yeux. Au contraire, l'esthétisme et l'animation de certains sites viennent troubler la navigation, la lecture et la concentration du visiteur. Bien sûr, si vous êtes une agence de publicité ou de design, vous faites tout de même mieux de transpirer la créativité et l'esthétisme. Il est plutôt question ici des sites qui recouvrent beaucoup d'information et qui proposent de nombreux services interactifs aux utilisateurs.

Pour votre culure personnelle, voici les 6 sites les plus populaires et les plus visités au monde :

www.google.com (moteur de recherche je sais)
www.yahoo.com (je sais aussi ;-) )
www.youtube.com
www.ebay.com
www.amazon.com
www.wikipedia.com

Vous m'en direz des nouvelles !

Pour en savoir plus :
http://www.lergonome.org/so/u.htm#/index.php?option=com_content&task=view&id=31&Itemid=29

8 avril

L'économie du savoir...

La coopération intelligente : nouveau modèle économique?


Sommes-nous à l’aube de la mort du capitalisme? Faut-il continuer à s’enfarger dans des modèles de performances et de compétitivité pour impérativement assurer une productivité et contenter sans cesse les besoins renouvelés d’un marché toujours plus exigeant? Un nouveau modèle économique pourrait-il faire surface, soutenu par une culture d’entreprise respectant les savoirs de chacun et favorisant la collaboration et la participation à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation?


Selon le psychanalyste français Bernard Maris, co-auteur avec Gilles Dostaler de « Capitalisme et pulsion de mort », la crise économique actuelle relève d’un mal profond qui porte le nom maudit de capitalisme. Les problèmes de partage, de rapport à l’argent et d’inégalités qui y sont liés poussent à croire que le système touche à sa fin. Qu’en est-il alors du modèle de l’innovation qui pousse à toujours faire mieux, à toujours créer des besoins et à faire plus d’argent? Quelles sont les alternatives possibles à cette dépression et sont-elles envisageables à court terme? Trois issues sont énoncées, une issue malheureuse par le clivage sociodémographique entre riches et pauvres, une issue économico-écologique telle que Obama l’envisage et enfin, une issue par la révolution populaire. À travers les brumes, l’espoir d’un nouveau modèle équilibré fait son chemin : le modèle de la coopération intelligente et productive se substitue au modèle de l’égoïsme. D’une part, ce dernier prend la forme de l’innovation ouverte traduite par le partage de connaissances, d’informations et de compétences que représente une collaboration entre les entreprises d’un même réseau. D’autre part, il se caractérise par le concept d’innovation participative à l’intérieur même de l’organisation.

Une culture de l’ouverture et du partage

Aujourd’hui, une entreprise ne doit plus se limiter à innover grâce à son service de recherche et développement interne. Dans un monde en réseau, elle se doit de puiser dans les ressources extérieures, c’est le principe de l’innovation ouverte. Le monde entier a la capacité d’innover en permanence. Les compétences sont trop nombreuses et réparties globalement, la circulation des innovations suit un rythme effréné. Un exemple concret, celui de l’informatique, qui a longtemps conduit l’innovation dans les entreprises, aujourd’hui, la bloque. Toutes les entreprises ont les mêmes systèmes d’information, d’exploitation, les mêmes éditeurs, les mêmes consultants. Il n’y a plus de différenciation et de démarcation, encore moins de stratégies liées à l’intégration en entreprise d’un bon système d’information. Le vrai défi aujourd’hui c’est d’inventer, de retrouver ou de recréer des formes d’ouverture, de souplesse, de coopération informelle. La plupart des entreprises ont été confrontées aux messageries instantanées (MSN…), aux réseaux sociaux (Facebook, Viadéo, Twitter …) malgré elles. Au lieu de s’en servir, beaucoup d’entres elles ont refusé ces nouveaux modes de communication. Pour évoluer, elles doivent redonner une place plus grande aux formes de collaboration informelles, essentielles à l'innovation et à la réactivité quotidienne des entreprises : messageries instantanées et petits espaces de travail communs comme les wikis, les sites sociaux et les blogues. Elles doivent aussi accepter que l’information circule, limiter la culture du secret, multiplier les usages de nouveaux outils de communication, accepter une perte de contrôle, sortir de la « surformalisation » et de la « sursécurisation ». Elles doivent investir les lieux où l'on parle d'elles, à visage découvert, plutôt que de chercher à les contrôler.

Pour ce faire, il faut savoir publier et rendre disponible ses travaux, se documenter et rentrer dans des réseaux humains pour partager. Par exemple, de nombreuses entreprises publient sur la plate-forme InnoCentive les questions scientifiques et techniques auxquelles elles ne parviennent pas à répondre. Prise de risque quant à la sécurité de l’information ou ouverture vers de nouvelles perspectives? Beaucoup des questions sont posées par des laboratoires pharmaceutiques. Les réponses leurs parviennent souvent de sources inattendues, par des opticiens ou des physiciens. De son côté, Microsoft a décidé d’aller sur des forums de développeurs à visage découvert. Cette nouvelle forme de communication change profondément son image auprès de certaines communautés de développeurs. La start-up Creads.org propose un service de communication participative baptisé « publicité 2.0 ». Les annonceurs en recherche de création publicitaire (logos, slogans, noms de société, sites Web) peuvent lancer des concours auprès des créatifs inscrits sur le site. Après un vote des internautes, le créateur sélectionné est rémunéré et le client acquiert les droits d’auteur. Enfin, la plate-forme Faascape propose un modèle économique de collaboration qui assure une rémunération aux codeurs de logiciels libres et permet aux clients de réduire leur investissement en développement.

Le point fort de toutes ses initiatives : le service avant tout. Ces différentes innovations sont pensées pour que le client ait, du début à la fin de sa démarche, un minimum d’investissement à fournir pour un maximum de rendement. Grâce à l’utilisation des outils du Web 2.0, les entreprises pénètrent ainsi les réseaux et peuvent être repérées par d’autres entreprises du même domaine et accueillir de nouvelles idées, une logique d’ouverture à considérer également à l’interne.

L’innovation participative pour encourager la créativité et gérer la qualité

En effet, le concept d'innovation participative doit être introduit massivement dans les entreprises, notamment parce qu'il favorise la créativité mais surtout parce qu’il a un impact direct sur leur communication et leurs processus. La gestion de la qualité et de l'innovation est cruciale pour favoriser l'évolution de l'entreprise. Cependant, si elle veut être plus efficace, cette dernière doit s'ouvrir à la collaboration. C'est en tout cas le postulat d'Annick Castiaux, chercheuse aux FUNDP*, qui a consacré une étude sur la nécessité de s'ouvrir à l'innovation participative qui selon elle, rend efficace l'innovation de l'entreprise mais l'aide aussi à répondre à ses objectifs de gestion de la qualité. Cette spécialité peut se résumer par deux concepts : améliorer les processus et satisfaire le client. Selon la chercheuse, ces deux stratégies sont souvent traitées de manière dissociée. Or, elles s'influencent respectivement dès que les organisations les considèrent comme le pilier d'un management efficace. Et l'un des moyens de les faire converger est l'utilisation de pratiques de collaboration ou de « systèmes de génération d'idées ». C'est pourquoi la chercheuse recommande la mise en place d'un cadre dans lequel les initiatives du personnel seront soutenues, et transmises à leurs dirigeants qui pourront s'en inspirer en permanence mais aussi faire des retours à leurs collaborateurs. Pour Annick Castiaux, une telle infrastructure a des conséquences directes sur la gestion de la qualité. En invitant les salariés à devenir moteurs de l'organisation, elle introduit une dynamique positive entre les différentes ressources humaines et donne plus de pouvoir aux salariés. Ainsi, les barrières tombent entre les différents départements, ce qui facilite ensuite la prise de décision et la faculté de réaction et de proposition de l'entreprise. Bref, l’intelligence collective au service d’une économie de la connaissance ou l’abolition du cerveau solitaire au service d’une économie capitaliste.
 
*Facultés universitaires Notre-Dame de la paix Namur en Belgique.

Romain Cunat

Sources :

http://www.lexpress.fr/actualite/economie/le-capitalisme-traine-une-vieille-souffrance_744039.html
 
http://www.commentcamarche.net/actualites/daniel-kaplan-la-fing-croit-en-une-innovation-ouverte-5848595-actualite.php3
 
http://www.atelier.fr/usages/10/16032009/gestion-qualite-innovation-participation-collaboration-processus-entreprise-37979-.html
 
http://www.itrmanager.com/tribune/232/enquete-modernisation-maturite-entreprises-br-sabine-bohnke-fondatrice-cabinet-sapientis.html
 
http://www.atelier.fr/informatique/10/30032009/plate-forme-cloud-computing-argia-faascape-collaboratif-modele-economique-38044-.html#xtor=EPR-233-[HTML]-20090330
 
http://www.atelier.fr/usages/13/06032009/fil-mois-janvier-2009-economie-connaissance-37946-.html#xtor=EPR-233-[HTML]-20090306

http://www.innovationlejournal.fr/spip.php?article4072

Liens Web :

http://www.innocentive.com/

http://www.creads.org/
 
http://www.faascape.org/index.html

http://www.fundp.ac.be/

7 avril

"La traverse créative" débarque bientôt sur les écrans !

La publicité, intitulée "la traverse créative", conçue par IDÉA Innovation PME et produite par l'agence Toqué rouge dans le cadre d'une campagne promotionnelle de la créativité et de l'innovation, promouvoit le portail de l'innovation Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec. Dans un premier temps, le clip sera diffusé au cinéma Odyssée de Chicoutimi du 24 avril au 24 mai 2009.  Dans un second temps, une diffusion aux télés régionales est envisagée. En attendant, les curieux pourront visionner la pub sur youtube! N'oubliez pas de voter et de partager ce vidéo via Facebook, vos blogues ou vos sites Web.

Merci et bon visionnement !

Romain


6 avril

Un article dans le Progrès du dimanche

Pour faire écho à mon billet au sujet du 1er avril, voici un article du journal régional quotidien Le progrès du dimanche (Le quotidien en semaine), paru le 5 avril, qui relate l'action de distribution de contraventions fictives par l'équipe d'IDÉA Innovation PME.

Sinon, petit point météo pour les lecteurs français : La pluie a pris le relais ! Conséquence : il ne reste plus beaucoup de neige. Un vrai temps pour le nord-est de la France.

À lire : Idéa émet des contraventions fictives

Télécharger le fichier

2 avril

Un poisson d'avril qui a du succès !

Hier, mercredi 1er avril, l'équipe d'IDÉA Innovation PME a réalisé le poisson d'avril qui aura probablement eu le plus de succès dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En effet, nous avons distribué durant toute la journée de fausses contraventions "constat d'infraction à l'innovation" sur les véhicules dans les stationnements des parcs industriel, des médias régionaux et de quelques organismes socio-économiques. Résultat : 2 passages à la radio (Kyk Fm radio X et Radio Énergie) et un article prévu dans le Progrès du dimanche (journal régional) afin de promouvoir notre action et de décrire la campagne de promotion dans laquelle cette dernière s'inscrit (pour en savoir plus sur la campagne, visitez http://www.ideapme.ca/idea/publipostage/publipostage_lire.asp?pub_numero=199 ou les rubriques expériences et portfolio).

Un peu de créativité et de volonté font la différence !

Je n'ai pas pour habitute de donner vraiment mon opinion sur mon blogue mais je ferai exception pour cette fois en vous écrivant le fond de ma pensée. Vous pouvez prendre cela comme un court extrait d'un  "manifeste amateur" (vraiment court et pas tout à fait manifeste !)  pour la promotion de la créativité et la sensibilisation à l'innovation :

"Nous émettons le constat suivant : c’est en passant par la sensibilisation et la promotion intensive et régulière que nous serons capables de retenir l’attention de la population afin de susciter un éveil et de déclencher un réel changement de pensée.

De plus, il est essentiel de nourrir continuellement la curiosité de précieux intéressés afin d’instaurer à l’avenir une dynamique régionale, d’encourager une mobilisation autour de la thématique de l’innovation et de ses enjeux, et de susciter de leur part un sentiment d’appartenance et de fierté ainsi qu’un élan de participation et de collaboration." 

The End

Pour en savoir plus : 
www.innovation02.ca
Vous retrouverez également un modèle de contravention dans mon portfolio.
http://www.kykradiox.com/horaire.php?show=136 ("Le show du matin" avec Monette)
http://www.radioenergie.com/emission.php?idstation=10&emission=163 ("J'm'apelle pas Gaëtan" avec Jean-Seb sur l'heure du midi)
http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/ (Journal Le Quotidien et Progrès du dimanche)