Romain Cunat

Communication marketing | Journalisme

a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blogue / mai 08

Mardi 20 mai

Petite leçon de Québécois

Pour ceux et celles qui aurait l'envie soudaine de voyager au québec (pour me rejoindre par exemple), je vous conseille vivement de lire l'ouvrage d'Hubert Mansion : guide de survie des Européens à Montréal. C'est un petit bijou d'anectodes insolentes mais tellement pratiques. Et bien entendu vous retrouverez un lexique franco-québécois dont je vous ai sélectionner ci-dessous les meilleurs morceaux (généralement c'est ceux que je rencontre quotidiennement) ! Comme quoi la logique d'une langue est parfois incompréhensible pour un étranger. A déguster sans modération.

Oui, le québec c'est la province où l'on retrouve des pitounes fines mais téteuses, qui s'occuperont de nos gosses sans les niaiser en les considérant comme leur patente pas un peu près. Ecoeurant ! C'est pas pantoute platte une seconde même si c'est plutôt croche comme comportement de guitounes. C'est tannant parce qu'en été on les retrouve avec des camisoles, souvent en gang accompagnée par leurs chum respectifs pour s'en aller aux party. Ils écoutent des tounes et des films et mangent des sous-marins à foison. Attention ça fait prendre des foufounes.... Fini le pamphlet, j'suis plutôt vache, j'arreterai les frais ici...bonjour ! 

allo / bonjour
bas / chaussette
barrer / verrouiller une porte
baveux / insolent
bonjour / au revoir
bec (un) / baiser (un)
bitcher qqn / déblatérer à son propos
blonde / petite amie
blé d'inde / maïs
brûler (un cd) / graver
camisole / débardeur
cantaloup / melon
capoter / flipper ou kieffer
chialer / se plaindre
chum / petit ami
cotton ouaté / sweat-shirt
condo / appartement dont on est propriétaire
croche / mal foutu, de travers
cruiser / draguer
culotte / pantalon
débarrer / ouvrir
dispendieux / très cher
douillette / couette
écoeurant / fantastique, tellement bon
écouter / un film regarder un film
fête / anniversaire 
fin / gentil
fin /de semaine week end
fiter / ajuster
flo / enfant
frencher / embrasser avec la langue
foufounes / fesses
froc / veste
gang (une) / bande
gaz / essence
gosses / testicules
gosser / bricoler
grippe / rhume
guidoune / pétasse
joual / patois indigène
magasiner / lécher les vitrines
napkin / serviette de table
niaiser / faire marcher
pamphlet / dépliant publicitaire
pantoute / du tout
patente / chose, truc
party / soirée
piton / touche de clavier
pitonner / taper
pitoune / gonzesse
platte / ennuyeux
sous-marin / sandwich
tanner / ennuyer
téteux / pointilleux, lèche cul
ticket / pv
toune / chanson
être vache / être fatigué

Mercredi 14 mai

Bienvenue dans le Saguenay !

Oui je retrouve enfin internet pour vous compter la suite de mes histoires… Je me doutais que vous étiez impatients. J’ai pris le soin d’écrire tout de même pendant ce temps d’absence. Il ne manquera pas une miette.

Mardi 6 mai :

Depuis hier, mardi, je suis dans le Saguenay. Après 6h de bus en partant de Montréal en passant par l'incontournable ville de Québec. 6h c'est long mais c'est compensé par la contemplation de magnifiques paysages. De la nature à l'état pur et plein les yeux ! A ma grande surprise, il reste même des tas de neiges à moitié fondu le long des routes et dans les hauteurs.

Vous allez certainement penser que mon voyage est jusqu'à maintenant idyllique...Cependant il est loin de l'être ! Arrivé à Chicoutimi, il pleut des cordes. La personne qui doit venir me chercher a du retard...Quand soudain je la vois débarquer dans une veille voiture rouillée (oui je demande comment on peut être autorisé à rouler avec ça). Elle s'appelle Coralie et c'est sensé être une de mes futurs colloc à Chicoutimi. Et en tant que bonne colloc, elle m'apprend que la chambre qui devait être mis à ma disposition, n'est plus disponible...Le responsable de la maison, Matthieu l'a donnée à qqn d'autre. Première bonne nouvelle ! Je me console en me disant que toute façon il va falloir que je trouve sur mon lieu se stage, à savoir l'arrondissement à côté de Chicoutimi, Jonquière. 

Arrivé à la fameuse maison qui me paraissait si conviviale dans l'annonce "easyroomates" sur internet je déchante aussitôt les premiers pas passés le palier. Apparemment je débarque en plein dégâts des eaux, le lave vaisselle a laché ! la maison est dégeulasse mais bon, c'est temporaire vous en conviendrez....Sauf que la chambre où je peux être hébergé appartient à un mec qui est absent deux semaines...Chambre de mec = bordel. Bon ok c'est commun comme préjugé mais là c'est au delà du bordel, c'est une porcherie !!!. Là c'est la déprime, je tombe dans une barraque qui s'apparente à un vrai squat et où se trouve 

Seule note positive, et heureusement qu'il y en a une, les gens de la colloc sont sympa et le feeling passe plutôt bien. En plus je peux me connecter à internet, d’où ce long pavé pas très bien torché selon moi. On boit beaucoup de bière (apparemment dans la région, c’est pas de l’eau ; l’hiver il fait froid, faut bien se réchauffer) et on accroche bien sur des sujets de discussion aussi divers que variés. Quand je serai sur Jonquière, je saurai où aller en cas d’ennui ! Justement, en parlant de Jonquière ça à l’air plutôt loin…autre raison qui me pousse à déménager rapidement. Bonne nuit (enfin on va essayer) et bon courage !

Mercredi 7 mai : 

Débarquement à Jonquière avec le bus interurbain (Attente de 40 min, traget de 50min) et à l’improviste dans mon entreprise Idéa pme ! Je suis accueilli les bras ouverts par Nathalie Girard, assistante de direction et responsable des relations publiques. Je lui explique ma situation temporaire à Chicoutimi et mon désir de trouver un logement à proximité du lieu de travail. Qu’à cela tienne,  elle me présente succinctement l’entreprise et les employés puis dans l’après midi nous allons faire le tour des annonces et des quartiers pour repérer des chambres à louer. Oui, chambre à louer, plutôt normal car je suis à proximité du Cégep de Jonquière, autrement dit le Lycée chez nous. Hèlène, l’agent de recherche d’information stratégique avec qui je risque de beaucoup travailler (et très charmante soit dis en passant), nous file un coup de main également. Elle a même une sollution d’hébergement pour moi avant que je trouve quelque chose de stable : elle me propose de rester chez sa mère. Après une après-midi de recherche, je perds un peu espoir. Le refrain habituel des propriétaires est le suivant : « nous louons les chambres aux Cégépiens sur un bail de 10 à 12 mois à compter de la mi-août ou début septembre , désolé». Pas autant que moi . J’aimerais un logement jusqu’à la mi septembre. Il est 16h30, Nathalie doit rentrer chez elle, nous continuerons les recherches demain. Il est temps pour moi de rentrer à Chicoutimi, retrouver mes copains  (non, très sérieusement je commence à vraiment les kieffer) ! Par chance, Martin, designer industriel chez idéa, habite Chicoutimi et peut m’y déposer. De même que demain matin, il pourra m’amener chez idéa avec mes bagages. Je suis rassuré. En plus une soirée sympa s’annonce. Mes « temporary collocs » propose de manger tous ensemble puis d’aller se bouger le body dans un bar sympa à Chicout’ (je commence à prendre les habitudes langagières dis donc !). Résultat : beaucoup de bière (encore une fois), coucher à 3h, lever à 7h. Aïe ! ça fait mal aux cheveux.

Jeudi 8 mai : 

Martin débarque au 660 Boulevard Talbot (oui je vous l’avais pas encore dit) à 7h45. Arrivé à 8h chez Idéa, je décide de continuer mes recherches. Je vais alors au Cégep scruter les annonces sur les babillards de chaque pavillon. Je sens que viens de vous perdre. On rembobine. Je disais que j’allais au lycée, scruter les annonces de logements sur les panneaux d’affichages des différents bâtiments (ils les ont appelés des pavillons). Je passe plusieurs coups de fils, les personnes sont injoignables : normal y’en a qui bosse !. Pas de panique je rappellerai à l’heure du repas. D’ailleurs j’vous en ai pas parlé, mais la K-Fet du Cégep est vraiment sympa et pas chère. Je sais déjà où manger à midi. 12h30 : un coup de fil, deux coup de fil… cinq coups de fil. Même chanson : désolé….bail….10 mois…étudiants…. Ok, ok. Nathalie me réconforte et me propose d’aller faire des courses chez Igéa (Supermarché bien foutu avec que de la bouffe, style intermarché) pour souper le soir chez la mère à Hélène. Heureusement qu’elle est là, ça me permet de rester sur Jonquière pour poursuivre les recherches. Let’s go, nous sommes partis. Nous décidons tout de même de refaire un tour dans le quartier et de s’arrêter sonner chez les gens qui louent des chambres (en tout cas ceux que nous n’avions pas encore contacter). Et là c’est la chance qui me sourit enfin ! Une personne est prête à me garder jusqu’à la mi-août. Elle a un sous-sol sacrément bien aménagé et nickel chrome. 3 chambres, une cuisine, un ptit salon, une salle de bain. Le tout pour 240 dollars par mois sans compter internet auquel je devrais m’abonner. Je lui exlique que je suis très intéressé et que je lui confirmerai ma venue « assoir » (oui oralement ça veut dire « ce soir ». Tabernac, vous êtes des billes !). Mais c’est pas fini, les bonnes nouvelles pleuves. De retour chez idéa, Hélène m’apprend que sa mère, madame Martine Emond, serait pas « tannée » (ça la dérangerait pas) de m’accueillir chez elle et de me garder… que ça lui « couperait pas la moitié d’un bras » de prendre internet et qu’ « assoir » elle me propose de l’accompagner manger des tournedos chez une amie à elle. Pas de problème, pas besoin de se tanner où de se couper des bras, j’suis pas pour la violence. Quand je découvre Martine et sa maison, je me dis ok c’est cool je sens bien ici. Je pense que je vais rester si elle est d’accord Martine. Je passe une excellente soirée, on discute vraiment bien (en plus on est tous les deux bavards). Et puis elle me confie (parce qu’elle est quand même extravertie) que Francine, la personne chez qui nous étions invités, « c’est sa Chem » (sa copine, enfin petite amie quoi).  Et oui, une Québecoise de 54 ans au Saguenay est homosexuelle. Moi j’trouve ça beau.

Vendredi 9 mai : 

Grasse matinée. Lever midi ! L’après midi, paperasse administrative obligée. Obtention du Nas (Numéro d’assurance sociale) puis ouverture d’un compte étudiant chez Desjardins (Caisse populaire au Québec style Crédit mut ou banque pop). Avec Martine, on convient également d’un loyer par semaine : 60 dollars exactement ce qui fait du 240 dollars par mois. Sans compter internet qu’elle va prendre exprès pour moi, mais que c’est moi qui paie biensûr ! En tout cas Martine c’est tout un personnage, on discute sans voir le temps passer (faut dire qu’elle vit seule depuis 17 ans, et que c’est une « vieille fille » comme elle dit). Elle m’apprend un tas de choses sur le Québec, sur les bons plans à visiter et des contacts chez qui loger. Elle veut même me prêter sa voiture, elle va se renseigner auprès de l’assurance pour voir si elle est autorisée. Elle a trouvé quelqu’un qui pourrait me vendre un vélo. Enfin bon j’en passe car vraiment elle s’occupe de moi mais elle tient à mon autonomie quand même ! Oui, elle a peur que je sois pas autonome et indépendant : en résumé, elle pense qu’elle va se taper un enfant à la maison. Certes, j’suis un peu con dans ma tête desfois mais bon j’ai vécu 4 ans seul  à me débrouiller comme un grand. C’est bon elle est rassurée, elle aura pas à me faire la cuisine et mon ménage.  Sacrée Martine !

Dimanche 11 mai : 

C’est la fête des momans au Québec…Et comme un jambon je l’ai souhaité à ma mère. C’est pas grave, je lui souhaiterai deux fois cette année. De notre côté, on a fêté ça par un festin concocté par Martine en présence d’Hélène, ses deux bouts de choux Julie-Pierre (7 ans) et Léane (6 ans), et Francine, la Chem de Martine : barbec brochettes avec marinade maison et salade de maccaroni ! Le tout accompagné d’un bon vin californien, il m’a coûté quand même 19 dollars… Bonne fêtes les mamans !

Bienvenue chez Idéa ! Et si c’était le début d’une histoire ?

Lundi 12 mai : 

Première journée de stage ! Je ne sais pas comment vous décrire mon sentiment. Je me sens définitivement bien au sein de cette équipe et au sein de l’entreprise. 8H30 petite réunion habituelle de service. Je fais mes présentations, je donne déjà mes premiers commentaires, Bruno Minier le directeur général mène la danse dans une ambiance plus que conviviale ! Force est de constater que l’alliance plaisir et travail fonctionne à merveille. Cette première journée est l’occasion pour moi de prendre mes marques. Chaque employé me consacre une quinzaine de minutes (dans la théorie c’est ce qui est prévu) ou devrais-je dire une demi-heure à m’expliquer leurs tâches respectives. Martin Portelance : designer industriel ; Martin Blais, technicien senior en mécanique ; Francine Tremblay, graphiste ; Roch Larouche ; Directeur en recherche et développement ; Hélène Maltais, vous la connaissez déjà (a u passage j’ai un faible pour elle héhé). La suite suivra demain ! oui l’équipe n’était pas au complète aujourd’hui. Bruno me présente mon bureau et me propose de l’aménager à ma convenance. Oui, j’ai un bureau pour moi tout seul. Je règle quelques affaires administratives.  Cette semaine, nous metterons en place « le plan de match » (c’est bruno qui dit ça alors je répète) à mon sujet. Il est prévu déjà que je travaille avec Hélène (comme de par hasard) pour la rédaction de bulletins d’informations sur internet. Cependant, ils sont ouverts à mes propositions en terme de communication scientifique que ça soit pour le grand public ou pour les Pme. Brainstorming en perspective mes amis ! En résumé, une journée plutôt banale mais je déborde d’énergie et encore une fois, l’équipe est sensationnel, en une journée j’ai appris les compétences d’un tas de professions. J’vais aller courir au bord de la rivière aux sables histoire de me vider l’esprit. J’vous le dis, je me sens définitivement mieux ! Run Romain Run…



Dimanche 4 mai

Go habs go !

Déception pour les Montréalais. Hier soir, le Canadien de Montréal (les habitants) perdent 6-4 contre Philadephie lors du 4e match des séries. Ils sont logiquement éliminés de la coupe Stanley.

Oui, je ne vous ai pas dit mais le Hockey est le sport national au Canada. Les «  habs » c’est l’équipe de Montréal et ils jouaient hier soir leur dernière chance de qualification pour le prochain tour de la coupe Stanley : l’équivalent de la ligue des champions pour les amateurs de foot.

Explication : la NHL est composée de 4 divisions regroupée en deux conférences pour l’Amérique du nord.  La conférence de l’est avec les divisions Atlantique, Nord-est et Sud-est et la conférence de l’ouest avec les divisions Centrale, Nord-ouest et enfin Pacifique. Les 4 meilleurs équipes de chaque division se rencontrent alors lors des  séries ou les play-off, éliminatoires pour accéder aux prochains tours de la coupe Stanley. Une série est constituée de 6 matchs. Il faut en gagner 4 pour se qualifier. Le vainqueur de la coupe Stanley peut alors s’estimer le best du Hockey !

Il est alors plus facile de comprendre l’engouement de tout une ville pour son équipe. Un match gagné suffit à soulever les foules. Matthieu m’expliquait que pour la dernière victoire du Canadien, tout le monde était dans la rue, c’était la folie ! Quelques feux de joie  ont même eu lieu avec des voitures de polices… A croire que les émeutes en France donne de l’inspiration outre-Atlantique.

De notre côté, nous sommes restés sage, bien assis dans un bar à boire de la bière, manger des frites et à crier « Go habs go ! ». Après le match, nous avons bougé avec d’autres amis à Matthieu, des Pvtistes français, manger des sushis à volonté pour une vingtaine de dollars : non je vous assure c’est pas trop cher quand on a faim.

Pour clôturer la journée, rien de tel qu’une petite soirée Dancefloor dans un club branché.  Soirée Pvtistes ! Ils sont partout ceux-là. Oui plein de « maudits français » qui oublient de donner un « tip » (pourboire) aux gentils serveurs et serveuses.

Aujourd’hui, programme allégé : grasse mat et centre des sciences dans l’après midi. Pour ma colloc à Chicoutimi, ca se débloque, il y a une chambre de libre dans la maison que je prospectais.  J’ai juste à tester le réseau de bus jusqu’à Jonquière. Si ça fonctionne bien, je serai enfin fixé pour le logement et je pourrais rester.  Il est 18h40 Brenda, colloque à Matthieu nous prépare spagetti bolo, avec sauce maison svp ! Ca sent déjà bon, merci Brenda ! 

http://canadiens.nhl.com/fr/index.html
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_nationale_de_hockey

 

Samedi 3 mai

Enfin arrivé !

Un peu fatigué je dois dire, mais trop content d'être enfin arrivé à destination. Cet après-midi j'vais allé me ballader au centre ville même si la météo n'est pas vraiment au RDV : il fait en effet un temps maussade et humide ! Mais ça c'est pour plus tard, faisons d'abord un ptit feedback de la journée de vendredi !

Vendredi 2 mai, Julie (camarade de promo) et moi sommes bien arrivés à Montréal, heure locale 15h25. Passage à l'immigration puis bagages en main, nous débutons notre périple pour rejoindre nos logements respectifs. Parcours du combattant, nous sommes chargés comme des mulets. Après deux bus et un métro c'est le soulagement ! On peut enfin souffler. Il est 18h30 quand Matthieu (ami d'une promo précédente) m'accueille dans son chez soi. Il loge exactement au 53 Jarry-Est près du parc jarry comme son nom l'indique. Un parc que l'on peut d'ailleurs apercevoir de la terrasse de son appart qu'il partage avec deux autres collocs. 

A peine arriver, nous sommes déjà attendu pour une crémaillère chez des amis à Matthieu ! L'occasion pour Julie et moi de rencontrer du monde et surtout de rester éveiller ! Oui parce que l'objectif numéro 1 c'est de se coucher pas avant minuit. Record amplement battu puisqu'il est près de 2h du matin quand Matthieu et moi prenons le chemin des rêves (8h du matin en France !). J'aurai donc fait une journée entière, 24h debout !

En tout cas, la soirée fut riche en émotion, j'ai rencontré des d'autres français, des québecois et j'ai pu avoir une belle première approche de la façon de vivre et fonctionner à Montréal en tout cas. Une belle brochette d'accent également. Au début, ça demande de la concentration mais on s'y fait vite ! Pour ce qui est du Saguenay c'est une autre paire de manches ! Apparemment, l'accent risque d'être difficilement compréhensible mais la région est assurément magnifique surtout à la période estivale. Et puis il y a cette citation magique de l'agent d'immigration lors de mon entrée dans le territoire, qui raisonne dans ma tête : "là bas dans le nord, quand on a bu, on dit être feeling saguenay !" Traduction : on est plus que sous-mort ! Bienvenue à chitoutimi (à côté de jonquière) !Ca promet j'vous l'dis !

Jeudi 1er mai

Veille de départ

Eh oui, nous sommes même le 2 mai déjà car il est précisément 00:13 à l'heure où j'écris. J'ai du mal à réaliser mon départ... Le sommeil ne vient pas, je traîne devant le PC, la télé allumée... Dans moins d'un jour je serai à Montréal et ce sera le début de mon expérience au Québec ! Oui car je reste seulement quelques jours chez un ami avant de voyager en bus pour Chicoutimi !  Rien que 7 heures de bus svp. Je devrais être hébergé dans une colloc. Cependant mon lieu de stage se trouve à Jonquière à 30 min de Chicoutimi en bus. A voir, si le réseau fonctionne bien. Dans le cas contraire je devrais certainement déménager. Voilà mes premières préoccupations avant de "décoller" ! Bon il est temps de se coucher, j'ai 5 heures de sommeil tout au plus avant de prendre le TGV pour Paris.

Ah ciao bonsoir !